mardi 4 juillet 2017

Benjamin Péret : Le Conte voué au bleu et au blanc

Une jeune femme, qui était peut-être une princesse, passait ce matin de printemps dans l'avenue des Champs-Élysées, traînant derrière elle une brouette remplie de pommes. Arrivée à la hauteur du Rond-Point elle éclata de rire et dit :
— Il flotte quelque chose dans l'air.
[...]
Cependant, Mme de Freycinet n'était pas au terme de ses aventures. Arrivée à la hauteur du Select-Bar, elle s'arrêta un instant pour souffler car, chose curieuse, depuis que la négresse avait mis ses orteils dans la brouette, son poids en paraissait doublé.

Benjamin Péret, « Le Conte voué au bleu et au blanc » [1923], Le Gigot sa vie et son œuvre [1957], in Œuvres complètes, tome 3, Eric Losfeld, 1979, p. 193

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Julio Cortázar : Marelle

« La non-communication parfaite, pensa Oliveira. Ce n'est pas tant que nous soyons seuls, ça, on le sait et pas moyen d'y couper. Ê...